58

Mon commentaire …

Comme nous l’avions exposé, la question des commentaires fut tout sauf simple à mettre en place.

Voir pour l’historique de nos réflexions https://basta-covid.fr/et-les-commentaires/

Nous avions en définitive deux possibilités pour les commentaires:

  • soit accepter que chaque nouvelle publication soit commentée, ce qui n’a de sens que si les commentaires se réfèrent assez étroitement au sujet abordé ; or l’expérience enseigne que les séries de commentaires deviennent vite foisonnantes, un avis en entrainant un autre. Dès lors le débat se trouve généralement assez loin de l’objet initial;
  • soit au contraire centraliser tous les commentaires sous une série unique, chacun pouvant aborder la question qui lui parait importante.

C’est la seconde option qui a été pour l’heure choisie et donc vous pouvez commenter et poser vos questions ici même : au plaisir de vous lire !

58 commentaires

  1. Cher Admin. Oui,avec votre dernier billet vous tapez dans le dur.
    En introduction à ce que je vais écrire, je tiens à rappeler un lien que j’avais déjà signalé sur un autre blog que vous fréquentez : https://bam.news/articles/episode-2-4-militants-aguerris-copains-comme-cochons/

    Pour faire (très court) donc :
    L’État d’Israël a recours massivement au vaccin Pfizer.
    Critiquer ce choix, c’est critiquer l’État d’Israël
    Critiquer l’État d’Israël c’est faire preuve d’ antisionisme
    Antisionisme = antisémitisme
    Donc il faut accepter, là ou ici, une troisième dose.
    CQFD

    • Point de vue intéressant. Merci de l’info.
      Cela dit le problème à nos yeux est de définir ce que l’on veut faire des tests avant d’en déterminer la procédure. Si c’est pour soigner, il faut dépister. Si c’est pour enfermer sans soigner …

  2. Bonjour ANTONIN47,

    Je n’ai pas d’autre choix que de passer à la piquouze. On m’en fait l’obligation, sous peine de pointer à la charité. Par curiosité tout autant que par précaution, j’envisage de faire une analyse de D-Dimère, analyse dont vous avez brièvement signalé l’intérêt sur le blog du Dr Gérard Maudrux. Sauriez-vous s’il convient d’orienter l’analyse demandée en demandant au labo d’examiner plus spécifiquement tel ou tel paramètre ( c’est ce qui m’a été suggéré par une pharmacienne ) ?

    Nous sommes samedi aprèsmidi, la première injection est prévue lundi soir : j’espère trouver un labo lundi pour une analyse pré-vaccination de façon à pouvoir comparer la situation avant et après cette héroïque opération.

    Merci d’avance pour votre réponse, et cordialement.

    • Bonjour
      Nous procédons aux recherches et publierons demain des informations sur le sujet en espérant qu’elles pourront vous être utiles. En tout état de cause, et afin que les éléments que nous communiquerons puissent être concrètement mis à profit, nous vous suggérons d’ores et déjà de renvoyer, serait-ce de quelques jours, votre première dose. Un simple prétexte sera probablement suffisant. D’ici là tenez bon !

      • Honoré ADMIN, merci de votre prompt engagement. Je ne crois malheureusement pas pouvoir encore sursoir. Si l’info que vous réussirez à rassembler et mettre en forme arrive trop tard pour moi, elle me servira pour la deuxième (déjà programmée) . Mais aussi, cela pourra servir à bien d’autres personnes.
        Encore merci et cordialement

        • Merci ADMIN ; venant de rentrer chez moi, je suis allé directement consulter votre site. Je passerai au labo demain.

        • Bonne chance, en espérant que nos suggestions puissent vous être utiles. Ne surtout pas omettre de consulter votre médecin qui seul pourra examiner avec vous vos résultats et surtout vous aiguiller sur un spécialiste si d’aventure un paramètre demandait de plus amples examens. Bonne soirée

        • Cher ADMIN : ça-y-est le labo est en train d’analyser. Passé vers 11h30 ,résultats attendus avant fermeture 17h00 , discussion avec le toubib et passage à l’injection 18h20.
          Il serait peut-être utile de préciser dans votre déjà très complet article qu’il n’est pas nécessaire d’être a jeun pour se soumettre à cette prise de sang visant seules les D-Dimères [ Dimère : masculin ou féminin ?] : pas besoin de se pointer le matin, le ventre creux, avec la foule ; on peut se choisir un créneau moins fréquenté . Coût, à Paris : un peu plus de 25 €.

          Conversations surprises dans la salle d’attente :
          1/ une école demande à un pré-ado, ne présentant aucun symptôme particulier, de se soumettre non à un simple test antigénique mais à un test PCR : c’est ce qui est prévu ou c’est du zèle ?
          2/ Une maman vient demander quel type de test est prévu pour les enfants accueillis …en crèche : un enfant testé positif dans l’établissement de son enfant…celui-ci va devoir connaître les joies du bâtonnet dans le nez !

        • Merci de votre retour.
          Il est compréhensible que le seul paramètre D-Dimère ne requière pas que le sujet soit à jeun dan la mesure où il est probable que la prise d’aliments n’en impacterait pas la mesure. Il n’en sera pas de même pour d’autres paramètres évidemment, donc tout dépend de la longueur de le prescription !
          Pour ce qui concerne les tests sur les jeunes enfants, j’avais souvenir que la consigne était donnée de procéder au prélèvement salivaire (et non naso-pharyngé) selon les recommandations de la HAS.
          https://www.has-sante.fr/jcms/p_3237053/fr/tests-rt-pcr-salivaires-la-has-etend-leur-utilisation-et-definit-les-modalites-pratiques-de-realisation
          Mais là non plus aucun abus n’est impossible malheureusement.

        • Résultat reçu par mail à 15h10 ; c’est très rapide donc ! J’avais juste demandé la recherche de D. Dimères ( mesure en ng/mL) ; à comparer au seuil de 500.
          Si je comprends bien, pour l’instant, pour ce qui est de ce seul paramètre, tout va bien ; à soumettre au doc tout de même.

          Il me vient une suggestion concernant votre article ( constat avant travaux ) , relativement à l’après-vente : pour autant que les tests antigéniques restent gratuits ( pris en charge Sécu … ) je me soumettrais bien d’ici quelques jours à un test antigénique histoire de voir ce que ça donne !?

        • Le test Covid postérieur à l’injection du vaccin ARN est faisable. Mais quelle conclusion en tirer ?
          En revanche un test positif révélateur d’infection vous conduirait vraisemblablement à tout le moins à obtenir le pass (et donc à vous dispenser de la deuxième dose !)

  3. ADMIN,
    Merci de votre attention. Tout va bien concernant l’accès au Forum. Il suffisait que je cliquasse sur ce mot écrit en vert, ce que je n’avais pas à faire jusqu’alors… En revanche, l’accès par messagerie (orange) est impossible.
    Désolée pour le dérangement et encore merci.
    D. Cambon

    • A propos de votre impossibilité d’accès via la messagerie Orange; c’est peut-être tout simplement un problème de DNS. Ceux des FAI ou de Google bloquent certains sites de sorte que si ce sont ces DNS qui sont réglés par défaut l’interprétation ne se fait plus et vous n’avez plus accès. C’est parfois le même problème pour l’accès à certains site HTTP non sécurisés.
      L’opération est simple à réaliser et effective immédiatement. Au besoin faites-vous guider par un ami ou voisin.

  4. Antonin 47 (si j’osais, je dirais “Cher Antonin 47” depuis le temps que je vous lis),
    Je vous adresse à tout hasard ce message d’alerte ou d’information: depuis ce matin, il m’est impossible d’accéder au forum, ex Blog du Dr Maudrux. Je n’y ai trouvé que la seule information d’Iver Azy sur la loi Kouchner. Voilà pour l’accès Google Chrome. L’accès par la messagerie Orange où je reçois depuis des mois les bulletins d’information, est quant à lui totalement bloqué.
    Cela vient-il de mes connaissances très limitées en informatique qui ne m’auraient pas permis de comprendre comment accéder désormais au Forum?
    Quoi qu’il en soit, je compte sur cette forte chance de revoir en manif, samedi prochain, l’une des commentatrices du Blog très à même de m’éclairer.
    Très, Très cordialement,
    D. Cambon

    • Bonjour et merci de votre commentaire.
      Nous n’avons de notre côté aucun problème pour accéder au site du Docteur Maudrux en dépit de ses modifications de la fin août qui nous semblent transparentes et sans problème. Sans être nous-même de grands spécialistes en informatique, nous vous conseillons d’essayer avec un autre navigateur, par exemple Firefox. Tenez-nous au courant et si vous ne parvenez pas à nous connecter, nous y laisserons un message pour demander assistance.
      https://blog-gerard.maudrux.fr/

      • Nous venons de nous connecter sans souci en utilisant le lien ci-dessus. N’hésitez pas à essayer de votre côté. A votre disposition bien entendu.
        Très cordialement

  5. Merci beaucoup pour l’article de NEJM.
    Oui la notion d’utilité est, évidemment la première des questions qu’il faudrait se poser au vu des enjeux sanitaires.
    Je suis quand même étonné, 43 000 ont bien été injectés une première fois. Et ils disent qu’au 2/3 de l’essai (9 octobre) 37 000 étaient dans une situation de 1 dose + 2 mois. C’est quand même près de 15% de la cohorte qui ne s’est pas retrouvée dans cette situation.
    Je suppose qu’ils n’ont pas été vaccinés tous le même jours (peut-être sur quelques jours). A ce moment là, il s’avaient dès le départ qui serait à 2 mois post injection en date du 9. Ce qui n’a pas de sens.
    Ou alors il y a bien eu un groupe qui en date du 9 ocotbre n’était pas en mesure de recevoir la deuxième dose (décès ou effets secondaires parce que les autres cas de non 2nde injection sont donnés et comptés.
    Bref, il y a vraiment une opacité et un manque d’explication à ce niveau là.
    Qu’il y ait des explications valables, oui mais pas d’explication sur 15% de sujet alors que l’on parle de 1 ou 2% d’efficacité absolue….Elle est pas belle la science commerciale?

  6. Bonjour,

    Excellent votre commentaire sur l’efficacité des vaccins.
    J’ai visioné une vidéo d’Hervé Seitz, qui explique que tout va bien dans le meilleur de…labos.
    Il parle effictevement des cohortes d’env 18 000 sujets chacunes.
    Mais il précise qu’à la base il s’agit d’une population de 44 000 sujets (2X 22 000) et que 4000 ont été retirés pour diverses raisons…qu’il ne précise pas.
    Avons nous des informations plus précises?
    Est-ce que ces sujets ont été retirés avant ou après les injections?
    Je ne trouve pas d’info et pour l’instant, l’auteur de la vidéon ne me répond pas.

  7. ls ne doutent de rien et c’est à ça qu’on les reconnait!!!
    Il suffit de voir Brigite Milhau (que j’apprécie beaucoup du reste) annoncer que les USA et Israël estiment à environ 1/5000 le nombre de myocardites chez les jeunes hommes de 12 à 30 ans (en fait Israël estime à de 1/3 à 6000 et USA à 1/15 000).
    Les deux donnent la même valeur pour les jeunes filles; 1: 100 000.
    On a retiré des médocs pour bien moins que cela…et cela ne choque personne.
    Je me souviens de l’Affaire du Scandale de Panama dans les année 1880.
    Le canal de Suez avait été un succès prodigieux (rééllement) et ils ont décidé de faire la même chose à Panama (projet tout à fait légitime en soi). Lever de fond, mise à contribution de l’épargne des Français….sauf que la géologie et la météorologie au Panama est loin d’être la même qu’à Suez….Le echantier à tourner au fiasco…mais il fallait continuer…quoiqu’il en coûte….
    Alors les députés de la troisième Rép ont été corrompu (à peu près 100%) ainsi que les média (les journaux à l’époque) pour soutenir que tout allait bien et qu’il fallait continuer à financer ce grand et beau projet….bref, ça à fait plouf, et la France a connu sa deuxième Bérézina en moins d’un siècle.
    Finalement ce sont les Ricains qui ont repris le projet…le canal a été inauguré en 1914..le jour de la déclaration de guerre entre l’Allemagne et la France.
    Bref aujourd’hui nous avons droit à une 3ème Bérézina, mais, à l’inverse de Napoléon, macron nous dira droit dans les yeux: “J’ai gagné”!
    L’Histoire nous montrera que le covid ne nous aura rien appris de nouveau quant à la nature vénale de l’homme.

  8. Bonjour,

    Concernant les traitements précoces, il me semble que les autorités ne pourront pas les ignorer indéfiniment.
    En revanche je les vois bien attendre que tout le monde soit vacciné pour nous sortir un slogan miracle comme ils en ont le secret du style :”Oui, l’association vaccin + traitements précoces est parfaite”.
    Peut importe le flacon pourvu que l’on soit vacciné…

  9. Quel conseil juridique en cas de refus d’accéder à l’hôpital où mon épouse est hospitalisée parce que je n’ai pas de pass ? Un juriste pourrait-il me donner un conseil.

    • Comme vous vous en doutez, nous désapprouvons le pass sanitaire. En l’état il n’existe toutefois pas de formule juridique qui permettrait de le faire voler en éclat.
      Notre conseil est donc un conseil pratique et tient en ceci : nous vous conseillons de faire en pharmacie un “autotest dont l’utilisation est supervisée”, selon la nouvelle formule qui vient d’être adoptée. Ce type de test sera le moins perturbant et le plus aisé à réaliser. Il ne s’agit hélas que de la moins mauvaise solution, mais qui néanmoins vous donnera accès à l’hôpital.
      https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dgs-urgent_79_evolution_de_la_strategie_de_depistage.pdf

  10. Quoique leur inventeur ait lui même dénoncé leur usage dans ce contexte, quel est la qualité et la fiabilité des tests PCR à l’IHU par rapport aux pratiques de la France entière ?
    Un sérieusement testé négatif ce soir à 18 H 00 peut-il être sérieusement positif demain à 6 H 00 du mat ?

    • Les tests pratiqués à l’IHU sont infiniment plus fiables pour au moins trois raisons :
      – en premier lieu et ainsi que le Pr. Raoult l’a expliqué, tous les tests qui pourraient poser un problème d’interprétation diagnostique ou thérapeutique sont vérifiés
      – en second lieu, l’IHU qui pratique de longue date les tests de type PCR en connait parfaitement le mécanisme et les limites
      – enfin, et il s’agit à nos yeux d’un critère majeur, le but du test PCR n’est ici ni de faire de la statistique pour le journal de 20 heures, ni d’enfermer les gens chez eux, mais bien de faire un diagnostic afin de prendre en charge et soigner.
      Nous préparons une étude sur les tests en rapport avec les degrés de contagiosité.

  11. Bonjour, je vous livre cette petite réflexion personelle.

    “La dictature de la médiocrité”.
    Les bien-pensants qui conduisent ce monde et dictent nos mœurs ont réussi à monopoliser l’usage de la parole. Il n’y a plus qu’eux pour définir ce qui est bien et ce qui est mal, ce qui est moral et ce qui est immoral.
    Cela ne pourrait être qu’un petit inconvénient dû à la surexploitation médiatique de leur image.
    Le problème prend une tout autre dimension si l’on considère que, dans le même temps, ces hommes se sont totalement et inexorablement affranchis de l’usage de la pensée. L’émoi et le surmoi suffisent à élaborer les plus funestes vérités dont on nous enduit le crâne tout au long de notre vie. Nos cerveaux, pareillement maquillés d’un fard si sclérosant, finissent pétrifiés et statufiés dans ce petit musée des horreurs que d’aucuns appellent « le monde civilisé ».
    Cette société a créé le Pinocchio à l’envers : Vous naissez humain vous mourrez pantin et c’est pour cela que l’incinération vous ira si bien.

  12. Bonjour,
    Pour le Pr Alain Fischer “l’immunité collective” est atteignable courant octobre.
    N’a-t-on pas “justifer” le “pass” justement parce qu’ll était “matériellement” impossible de vacciner ces fameux 90% avant de longs mois?
    Comment le Français Lambda peut-il avaler toutes inepties sur le variant Delta?

    • Bonjour, Je ne sais pas pourquoi le Pr Fischer parle ainsi. Cet homme semble pourtant sérieux. La question de l’immunité de groupe est ridicule. Comme le Pr Raoult l’a maintes fois évoqué, penser à une immunité de groupe pour une maladie peu contagieuse et peu immunisante n’a aucun sens. Cet objectif est pratiquement impossible à atteindre et cette impossibilité est renforcée par le fait que l’immunité vaccinale est toujours plus faible que l’immunité naturelle. Voir nos études sur les vaccins qui abordent ce sujet en détail. L’homme de la rue “avale” ce qu’on lui présente. Les politiques et les médias disent tous à peu près la même chose que le gouvernement et donc il est difficile d’en vouloir à l’homme de la rue. C’est à nous tous qui creusons le sujet que revient la charge d’informer les gens que nous croisons en leur donnant l’accès à l’info. Ensuite que chacun se fasse son opinion.

  13. Bonjour,
    On nous annonce des chiffres de réas et les articles jonglent avec “soins intensifs”, “ugence” et “unité de soins critiques”. Pour le lecteur tout ce qui reste à l’esprit c’est “réa” et “en augmentation”.
    Est-il possible (sans sombrer dans le complotisme) de connaître les détails de ses nouvelles hospitalisations?
    Idem dans la presse régionnale: on nous dit que l’essentielle des admis covid+ sont des non-vacc de plus en plus jeunes.
    Or je constate que ces articles précisent toujours en fin de texte et en petit :”Est considéré comme vacciné un sujet ayant fait l’objet de 2 injections+ 10j”.
    Est-ce que cela veut dire que dans ce que l’on appelle les non-vacc il y a des gens ayant eu une dose et des gens ayant eu 2 doses -10j?
    N’étant pas végétarien je voudrais savoir ce qui est du lard et ce qui est du cochon. Est-ce faisable?

    • Contrôler les données publiques réelles hospitalières et vaccinales ? vaste programme !
      Il faudrait un site rien que pour ça et surtout il faudrait pouvoir consulter des données fiables et exhaustives.
      Donc à part les historiens de la santé dans dix ans ….
      Par principe quand vous lisez une donnée balancée dans la presse mainstream, il faut la contrôler, si c’est sourcé. Sinon, selon moi, ne même pas la lire …

    • Les données officielles “hospitalières”, de tests, et de vaccinations peuvent être regardées ici:
      https://geodes.santepubliquefrance.fr/#c=indicator&i=covid_hospit_incid.incid_rea&i2=sp_pe_std_heb.tx_std&s=2021-09-20&s2=2021-S36&t=a01&t2=a01&view=map2

      A vous de vous construire vos indicateurs. Même si concernant tests et vaccinations (surtout) les précautions sont de rigueur, puisque secret médical oblige, il n’y a rien ni de nominatif ni de vraiment daté, les déclarations pouvant avoir quelques jours de retard. On voit ça en général le WE !
      Ce site alternatif permet aussi quelques comparaisons pour se faire une idée de “l’engorgement” des hôpitaux:
      http://ymobactus.miaouw.net/labo/covid19/statistiques-hopitaux-departements.php?
      date_yz=2021-256&mode=taux-susp
      On y constate concernant les Antilles par exemple, que bien qu’il y ait eu une augmentation des entrées, la saturation décrite dans les médias était apparemment une “vue de l’esprit”!

  14. Bonjour,
    J’ai découvert votre site grâce au lien que vous en avez donné sur le blog du Dr Maudrux.
    Merci beaucoup pour votre travail d’information fort bien servi par une plume à la délicieuse irrévérence courtoise.
    Votre exposition parfaitement claire, rationnelle et lucide des faits arrivera peut-être à fissurer les certitudes de certains tant la folie du moment leur apparaîtra de façon limpide sans pouvoir échapper à un certain vertige psychique.
    Adepte du pas de côté, j’ai pour ma part apprécié la qualité de l’information et savouré l’ironie de vos propos.

    • Merci de votre compliment fort joliment tourné.
      Il faut espérer que tous ensemble, chacun dans notre secteur, nous parviendrons à faire chavirer cet édifice de malheur.
      L’essentiel est absolument de continuer à y croire : “L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme” aurait dit le grand Hugo !

  15. Bonjour,
    J’entends de plus en plus la notion d’altruisme pour légitimé la vaccination des jeunes adultes et maintenant des jeunes…tout court.
    Si l’altruisme est un acte désintéressé (acte gratuit qui ne rapporte rien) peut-il être utilisé pour invoquer la nécéssité de vacciner les 12/18 ans ?
    Partant du principe (et c’est peut-être là que mon raisonnement est faux) que la balance bénéfice/risque est négative pour cette tranche d’âge (le dénominateur étant à peut près égale à 0, ce qu’une divison ne supporte pas en mathématique) l’altruisme n’est plus seulement un acte gratuit mais un acte qui coût: il me semble que cela s’appelle du sacrifice.
    Je rajoute également que pour être altruiste, il faut être en responsabilité de faire ce choix, or un mineur est par définition irresponsable.
    Bon, dans mon entourage ma réflexion n’a pas beaucoup de succès, je dois bien l’avouer…mais je me dis que Jésus a bien débuté avec seulement 13 followers…et du coup je persiste dans mes propos.
    Qu’en pensez-vous, y-a-t-il un paramètre qui m’échappe?

    • Bonjour,
      Vos questions sont très pertinentes.
      L’appel à l’altruisme est fondé sur l’idée que celui qui se vaccine protège aussi les autres. Or les « vaccins » de type ARN-ADN semblent n’avoir qu’un effet ténu sur la transmission. A fin mars dernier, le ministère de la santé lui-même écrivait « même lorsqu’il a une efficacité sur les personnes concernées, en l’état des connaissances scientifiques, le vaccin ne les empêche pas de transmettre le virus aux tiers ». Ce fait n’a que peu varié est s’est donc retrouvé comme un caillou dans la chaussure des défenseurs du vaccin ARN-ADN. L’étude Pasteur de la fin juin est arrivée juste au bon moment pour que le conseil scientifique puisse le 6 juillet la citer dans ses conseils au chef de l’Etat en vue de son intervention du 12 juillet.
      Nous publierons prochainement une étude des conditions dans lesquelles la loi a été élaborée ces dernières semaines. https://www.francesoir.fr/sites/francesoir/files/memoire_2.pdf
      La balance bénéfice /risque est un terme à manier avec précaution car il ne s’agit que d’une notion individuelle, récemment en revanche détournée (ou étirée, c’est selon) pour faire croire qu’il existerait un balance générale. Nous avons évoqué ce sujet dans notre analyse des vaccins ARN-ADN (voir sous chiffre 9)
      https://basta-covid.fr/les-vaccins-arn-et-adn/
      Enfin sans aller jusqu’à dire qu’un mineur serait par principe irresponsable, l’idée de laisser un mineur décider seul de la valeur de ce type de vaccin et de son intérêt pour sa propre santé est pour nous une authentique aberration. Nous ne comprenons pas comment les médecins peuvent rester sans réagir. Il va bien falloir que ces braves gens sortent du bois sous peine eux-mêmes de disparaitre au profit d’un immense hôpital industriel dirigé par les laboratoires.

      • Merci beaucoup.
        Je viens de lire l’article “les vaccs ARN-ADN”…du coup j’ai repris 2 seresta (50..) pour l’après-midi…
        J’avais écouté le Pr Vélot sur la difference entre mutation et variation.
        Il n’y a qu’un point que je n’ai pas compris c’est la variation si une personne vaccinée se fait infecter par un nouveau virus. Le nouveau virus apporte un “matériel génétique complet” pour se multiplier avec une suceptibilité de mutation faible mais une capacité à incorporer du matérie génétique qui lui ait étranger. Or le vaccin précédemment injecté “ne propose que” du matériel génétique pour fabriquer la proteine spyke.
        Donc est-ce que je peux dire que la variation ne peut avoir lieu qu’au niveau de la séquence codant cette proteine? Y-at-il substitution ou ajout d’une deuxième séquence codant pour une “deuxième proteine” spyke?
        N’étant pas médecin, j’en perd mon latin. Peu importe, je parle le grec ancien.
        Tout cette psychose covidenne me fait penser à ce mot du philosophe Allan Bloom (l’Âme désarmé, 1 987):
        “La tyrannie la plus efficace n’est pas celle qui recourt à la force pour garantir l’uniformité, mais celle qui supprime la conscience d’autres possibilités, qui fait paraître inconcevable que d’autres moyens sont viables”.

        • Tout d’abord je voudrais préciser nous ne sommes pas ici un staff de médecins, de généticiens ni d’immunologues (loin s’en faut !). Mais ce que l’on sait sans grand doute possible tient en ceci : un virus qui « change » devient un variant. Cette variation peut provenir d’une mutation subite ou d’une recombinaison entre matériels génétiques de plusieurs virus qui se croisent. Et la recombinaison semble bien être la source la plus fréquente de modification des virus de type ARN. En envoyant massivement de l’ARNm en pleine phase épidémique on crée toutes les conditions pour que des recombinaisons accidentelles se produisent.
          Les « vaccins » ARN actuels consistent à injecter de l’ARNm pour faire fabriquer de la Spike en espérant que l’organisme sécrète des anticorps contre la spike qu’il vient de fabriquer. En théorie les anticorps produits sauraient ensuite reconnaitre et détruire le virus qui présenterait exactement la même spike ou au moins une spike pas trop différente. D’où le suspense à chaque nouveau variant pour déterminer si et dans quelle mesure (selon sa spike différente) il sera ou non reconnu et détruit par les anticorps issus de l’ancienne spike.
          A titre général, ce qui se passe dans l’organisme lors d’une infection postérieure au vaccin, est à ce jour tout sauf résolu. Hors même les incertitudes ci-dessus sur l’efficacité des anticorps, de nombreuses questions sont posées notamment au sujet des « anticorps facilitants ADE » que la vaccination pourrait déclencher et qui affaibliraient la réponse immunitaire au lieu de la renforcer. Mais ce point est tout sauf tranché et son analyse fait appel à des notions très complexes et des connaissances très étendues des différents mécanismes immunitaires qu’il serait illusoire de résumer.
          Par ailleurs certains professionnel qui ont étudié la question disent ne pas être sûrs “tout ce qui est étiqueté “covid” après vaccins, soit toujours covid” et se demandent “si cela ne déclenche pas une “maladie vaccinale”, aux symptômes proches, ce qui est normal car on injecte indirectement la spike, qui semble le toxique principal du virus” (Docteur Gérard Maudrux). Il s’agit pour l’heure d’une interrogation, mais très pertinente.
          Dans le cas toujours que vous évoquez, d’une infection postérieure à l’injection d’ARNm, cet ARNm lui-même du vaccin aura en principe disparu, puisqu’ayant généré de la spike (où bon lui semble d’ailleurs comme l’explique le Dr HOFFE).

      • Bonjour,
        vous dites:
        “Nous ne comprenons pas comment les médecins peuvent rester sans réagir. ”
        Simple, 3 solutions; soit ils sont ignares, soit ils en croquent, soit ils s’en foutent ! Toubib, choisis ton camp !
        Ah zut, j’ai oublié une catégorie, les peureux !
        Honneur à ceux de la Coodination Santé Libre et de ReinfoCovid, à Maudrux et à bien d’autres, heureusement !

        • Honneur à Gérard Maudrux, à Reinfocovid et à tous les médecins qui soignent mille fois oui !
          Pour tous les autres, le mystère reste épais quoique multiforme…

    • Deux paramètres
      1/ Ne pas faire la différence entre le très mal connu Jésus qu’on peut estimer historique et celui de la légende qui commence par le vrai lieu de sa naissance
      2/ C’est être particulièrement altruiste et courageux que de ne pas cautionner en les appliquant les décisions des sinistres ultracrépidarianistes qui nous “””gouvernent”””

      Dans les deux cas il y a manque de soucis de contre-informations

  16. “Les Vaccins ARN et ADN”: vous expliquez bien les problèmes liés à ces deux types de vaccin:
    * cible étroite, et sujette à évolution dans le temps
    * risques liés à la protéine générée
    Mais en plus de ça m’est-il permis de dire que je trouve ces choix stupides. S’ils se sont réellement posé la question de la non nocivité de cette protéine (un gros doute), et que donc ils ont abouti à la conclusion que cette protéine pouvait être ciblée en toute sécurité. Pourquoi ne nous ont ils pas sorti un vaccin à protéine recombinante? Ainsi ils auraient éliminé quelques uns des autres risques (et pas des moindre) que vous citez.
    En fait des bricoleurs improbables qui ont bidouillé un “vaccin” avec une technologie qu’ils possédaient déjà, en ce disant yadufricafaire!

    • Vous relevez à juste titre que les vaccins à « protéine recombinante » éliminent au moins les risques liés à l’ARNm. Il reste que les risques liés à la protéine spike elle-même (directement injectée dans ce dernier cas) demeurent entiers, comme vous le relevez également. De fait soit cette protéine est considérée comme totalement consubstantielle au virus et dans ce cas sa nocivité ne peut être écartée, soit il serait considéré que cette protéine « détachée » du virus se comporterait différemment et dans ce cas il aurait fallu des recherches préalables pour en mesurer les effets nocifs.

  17. Attention dans l’article “Les Vaccins ARN et ADN”, la phrase finale est probablement fausse ”
    “à ce jour (17 juillet 2021) le patron de Pfizer n’est …… pas vacciné”
    L’article cité date de mars …

  18. Bravo pour votre site. Je ne le connaissais pas. Il est cité quelques fois sur le blog du Dr MAUDRUX.
    Merci de nous informer comme vous le faites.
    J’y reviendrai.
    Un médecin non vacciné (retraité) et qui le restera

    • Bonjour Docteur et merci de votre encouragement.
      Nous avons souhaité proposer (modestement) et autant que faire se peut une information qui soit factuelle et non (ou pas trop !) polémique afin d’expliquer les choses le plus rationnellement possible à qui veut bien nous lire.
      A votre disposition pour débattre même si notre faisceau de commentaires sera moins foisonnant que celui du Docteur Maudrux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code